Présentation du séminaire

L’idée de ce séminaire est née de la rencontre entre les doctorants du laboratoire MARGE sous l’impulsion de Gilles Bonnet en 2017. À la recherche d’un point de conjonction entre nos recherches, nous avons rapidement établi l’intérêt partagé des auteurs sur lesquels nous travaillons pour la marge, qu’il s’agisse d’une posture de l’auteur au sein de la société, voire au sein de sa discipline ; d’un intérêt pour des personnages atypiques ou exclus ; ou encore d’une pratique d’écriture en porte-à-faux avec les normes de son temps. Suite à quoi nous avons mené notre réflexion de la marginalité à la déviance : il nous semblait en effet, que la notion de déviance apportait un dynamisme à notre questionnement, que la marginalité, perçue comme état abouti, fini, n’avait pas. En effet, l’étymologie latine du terme déviant revêt une double acception qui fait de la déviance un écart géographique, ou moral par rapport à une norme sociale.

Historiquement, le stigmate – empreinte au fer rouge faite sur le bras des criminels ou des esclaves dans l’Antiquité gréco-romaine – marque l’appartenance à une classe sociale et peut aller jusqu’à constituer un signe d’infamie lorsqu’il cible l’esclave fugitif ou encore le déserteur. Étymologiquement, les stigmata sont des traces laissées durablement et, pour celui qui les porte, c’est aussi le rappel d’une douleur intense. Pris dans sa dimension religieuse, le stigmate entérine une élection dans la communion avec le divin à travers l’épreuve de la souffrance christique, reproduite au XIIIe siècle par saint François d’Assise. Il agit donc en puissant révélateur puisqu’il apparaît dans la chair de l’élu sans autre cause que l’élévation de sa foi.

Sociologiquement, le stigmate, tel que l’a conceptualisé Erving Goffman dans le livre du même nom en 1963, se définit comme « la situation de l’individu que quelque chose disqualifie et empêche d’être pleinement accepté par la société » (p. 7). À ce titre, Goffman distingue trois types de stigmates : physiques, moraux et tribaux. Le stigmate a par ailleurs partie liée avec le problème de la déviance, dans la mesure où il constitue « un certain type de relation entre l’attribut et le stéréotype », ou, pour le dire autrement, entre la différence et la norme (p. 14). Le stigmate implique dès lors, pour celui qui le porte, une souffrance, causée par son anormalité, mais aussi la honte et parfois la haine et le mépris de soi-même.

La figure de l’écrivain déviant de la norme établie semble ainsi inscrite dans l’imaginaire commun tant les mythes du poète maudit, de l’écrivain bouc-émissaire, du philosophe persécuté, ont retenti à travers l’ensemble de la littérature depuis la fin du XVIIIe siècle. Élu ou exclu, l’écrivain interroge non seulement sa place parmi les hommes mais également sa place dans la littérature, ce qui nous amène à considérer la déviance et la marginalité comme un moment littéraire à part entière, un moment où l’écrivain, exprimant un mal-être tant social qu’existentiel – comment vivre lorsqu’on ne trouve sa place nulle part ? – fait de l’écriture le véhicule de sa souffrance.

L’écriture-stigmate a pour ambition de laisser une marque gravée profondément à la fois dans l’esprit et la chair. Elle donne à lire la douleur à travers une pratique de mise en tension du texte. L’écriture devient le signe de la souffrance, c’est-à-dire qu’elle en devient le pendant perceptible et le substitut, ce qui lui permet de mettre en œuvre un ensemble de procédés dépassant la seule expression du mal-être. L’écart par rapport à la norme devient ainsi un moyen d’élévation vers le sublime.

Quatre axes de réflexion sont proposés et couvrent la période allant du début du XIXe siècle à l’époque contemporaine :

1. Dans un premier temps de ce séminaire, nous aborderons le corps comme premier lieu d’inscription du stigmate en ce que celui-ci est un mal a priori pathologique : la brûlure au fer rouge nous amène à penser et interroger des corps avant tout souffrants, disloqués, déviés. Ainsi, lors de la deuxième séance, Majorie Colin nous parlera de la mise en scène des corps malades, disloqués, handicapés, à travers les personnages de Beckett, tandis que Leslie Collet-Vigneron abordera l’œuvre de Félicien Champsaur et se demandera comment le corps grotesque provoque un rire moderne, à la fois drôle et grinçant, voire terrible, révélateur d’une crise du sujet et de la représentation.

Enfin, nous reviendrons sur le thème du corps stigmatisé lors de la dernière séance avec une intervention de Raluca Dinca qui abordera la représentation des maladies dans les bandes dessinées contemporaines.

2. Stigmatiser peut aussi renvoyer à un processus d’exclusion du corps social. L’homme est désormais frappé d’infamie et devient un paria que le monde refuse et réfute. Laëtitia Bertrand et Fanny Réguer mèneront toutes deux une analyse de la figure du poète maudit. L’une confrontera les usages de l’ironie chez Musset et Baudelaire comme marque de la déviance, recul critique sur leur pratique poétique : le rictus est le nouveau stigmate du poète, il dit sa malédiction ; la seconde évoquera la douleur de l’écriture chez Tristan Corbière et en quoi elle participe à la définition du poète maudit tel que le définit Verlaine. Yves Schulze évoquera quant à lui, dans une entreprise comparatiste franco-allemande, le corps souffrant après la grande guerre, symbole d’un corps social pris de convulsion, en plein déchirement.


3. Le stigmate a également trait, selon l’usage consacré, au sublime et au religieux. L’individu stigmatisé, mis au ban de la société et de l’humanité, découvre par là même une forme d’élection paradoxale. Le stigmate interroge ainsi le rapport de l’écriture avec le divin et le sacré, en même temps qu’il pose la question du sublime, au sens esthétique que Burke lui donne. Dans une séance consacrée à la métaphysique du stigmate,
Marianne Godard évoquera comment l’écriture du livre pour Bataille se définit comme une manifestation physique de l’absence de l’autre. Elle abordera notamment comment l’écartèlement des signes parvient à introduire l’altérité dans le texte. Tandis que Lauralie Chatelet proposera d’étudier la formation d’une pratique existentielle de l’écriture chez Cioran qui conduit à un jeu entre cri et silence cherchant à établir une recomposition de l’être.


4. Enfin, l’écriture peut elle-même porter les marques douloureuses de sa genèse. Le stigmate vient alors altérer le texte, et peut se manifester formellement par l’usage du blanc typographique, par un souci de déconstruction grammaticale, par le refus prononcé ou la subversion des genres traditionnellement établis, etc. … Il écartèle ainsi le texte de l’explosion du langage jusqu’à la tentation du silence. Ainsi, lors de la troisième séance,
Amélie Sarniguet nous proposera une vision de l’écriture d’Hélène Cixous comme un processus de reprisage et de réparation d’une blessure originelle autour de la mort du père puis du fils, tandis que Pauline Jaccon présentera la stylistique du manque dans Autobiography of red d’Anne Carson à travers la figure mythologique du monstre Géryon.

L’écriture-stigmate sait aussi se faire écriture du sacrifice, du deuil dans la poésie, ainsi que le montreront Elodie Gontier et Pierre Dupuy. La première étudiera Quelque chose noir de Roubaud où elle s’intéressera à l’écriture du deuil, qui privilégie une écriture de la désarticulation et du silence, et refuse de sombrer dans le lyrisme. Pierre Dupuy, quant à lui, étudiera les fragments poétiques préparatoires d’Alfred du Vigny et montrera comment ils mettent en avant les étapes douloureuses de la création d’un poème et le rapport antagoniste du vers et de la prose.

Enfin, nous verrons que l’écriture-stigmate trouve son signifiant dans les pratiques musicales contemporaines avec Anne Gensane qui abordera le rap comme marque du stigmate et de la stigmatisation à travers la reprise par Virus, artiste rappeur, d’extraits des Soliloques du pauvre de Jehan-Rictus.

La première séance sera l’occasion de remonter aux origines du mot stigmate : l’organique est notre point de départ. Lorsque le stigmate touche au corps féminin, la représentation du viol ou de l’hystérie montre le corps atteint dans sa matière même, et dans le cas de l’hystérie dépossédant l’individu de sa matérialité. Dans cette première séance, Laure-Hélène Tron-Ymonet évoquera le stigmate qui devient, au XIXe siècle, objet clinique. La médecine cherche à dépasser la métaphysique et à ancrer le stigmate dans des pathologies, dont l’hystérie, entre autres. Mara Capraro, quant à elle, nous parlera de la poétique de la corporéité déviante dans l’œuvre de Goliarda Sapienza chez qui le corps occupe une place centrale dans le processus créatif comme stigmatisation sociale d’une part, et porteur d’une instance déformante d’autre part.