Alfred de Vigny : Poésie et sacrifice

Pierre DUPUY

« L’écriture peut elle-même porter les marques douloureuses de sa genèse … ».

J’évoquerai l’importance du sacrifice dans les poèmes de Vigny. On sacrifie beaucoup, en effet, dans les poèmes de Vigny, et dans les textes préparatoires qu’il esquisse. L’être sacrifié est avant tout un être stigmatisé, il est celui qui porte sur son corps la marque au fer rouge de la malédiction de l’Histoire, qu’il se nomme Moïse ou Jésus au Mont des Oliviers, qu’il soit la fille de Jephté ou un simple loup dans la forêt.

Je m’intéresserai particulièrement, dans une partie de mon exposé, à la figure biblique de Suzanne, à laquelle Vigny a voulu dédier un long poème dans sa jeunesse et dont il ne reste que des fragments et, dans l’édition définitive des Poèmes antiques et modernes, un court texte intitulé « Le Bain ». Suzanne, à la fois vue à son insu et quasi-violée, séduite et menacée par les vieillards alors qu’elle est nue dans l’eau, n’est-elle pas une métaphore de la poésie, innocente et victime, laquelle court toujours le risque de la calomnie et se voit toujours vouée à être sacrifiée ?

J’essaierai en conséquence de me demander si l’une des missions que Vigny attribue à sa poésie n’est pas celle de détourner et d’abolir le sacrifice, ce que le Christ réussit à faire dans « La Femme adultère », mais ce en quoi il échoue dans un poème tardif comme « Les Destinées ». Cette interrogation aura également une portée métatextuelle, dans le sens où la poésie mettrait en scène son propre sacrifice et exhiberait par là même les marques douloureuses de sa genèse (de façon manifeste pour ce qui concerne les esquisses de « Suzanne »). Le vers apparaîtrait alors comme le sujet et l’objet du sacrifice, la chose qu’on sacrifie dans la prose et chose pour laquelle on sacrifie. Le vers serait donc par essence un stigmate.