Autobiography of Red et la stylistique du manque

Pauline JACCON

Anne Carson est une poétesse, classiciste et traductrice contemporaine, canadienne et anglophone. Elle est connue pour son écriture à la croisée des genres et des langues, un processus d’auto-externalisation du soi qui se radicalise (Swensen 2015 : 129) dans la recherche constante du décentrement. C’est ce décentrement qui permet l’explosion de la forme, et donc la déviance stylistique. Carson est à la recherche d’une subjectivation du manque qui amène, en dépassant le soi, à accepter le manque et le deuil qui sous-tendent son écriture auteuriale comme traductive.

Dans le cadre de ma recherche sur le processus créatif d’Anne Carson, je m’intéresse tout particulièrement à son roman en vers, Autobiography of Red, un livre aux multiples stigmates, figuratifs comme expressifs. Dans cette réécriture du mythe de Geryon (la Géryonide de Stésichore), Anne Carson transforme un conte fragmentaire antique en récit hybride. Elle reprend la figure du monstre rouge au centre du mythe, et la détruit, la développe, la reconstruit : Geryon, dans Autobiography of Red, trouvera la petite mort et la mort spirituelle dans l’abandon, dans l’incompréhension qui l’entoure, au lieu d’être tué littéralement par la flèche d’Herakles. La douleur de Carson et de Geryon est toujours dans le manque (le gouffre) resté béant.
Autobiography of Red est à la fois une oeuvre en « prose poétique et éclatée à la manière d’un poème » (Wahl 1999 : 180), un reportage externe, un bildungsroman, une réécriture libérale, une fausse traduction. On y suit l’enfance et l’adolescence de Geryon, un garçon violé, passif, silencieux, caractérisé par son état « monstrueux. » Geryon est rouge et possède des ailes écarlates qui stigmatisent peut-être son isolement et son altérité, mais néanmoins font partie intégrante de son être. Lorsqu’elles ne sont pas perçues, c’est Geryon lui-même qui est effacé, incompris, et délaissé.

Geryon was a monster everything about him was red
Put his snout out of the covers in the morning it was red
How stiff the red landscape where his cattle scraped
against
Their hobbles in the red wind […] (Carson 1998 : 9)

[Geryon était un monstre tout en lui était rouge
Dehors sa truffe des couvertures le matin c’était rouge
Si roide le paysage rouge contre lequel son bétail
s’écorchait
Leur trébuchement dans le vent rouge]

Le titre d’ « autobiographie » rappelle néanmoins que, derrière la voix de Geryon se cache celle de la poètesse, qui opère toujours une distance pudique avec ses sujets poétiques et évite ainsi l’intimité de la poésie confessionnelle. Néanmoins, on retrouve les obsessions Carsoniennes : avant tout, l’omniprésence du manque, que seuls l’amour et le savoir (par l’écriture) peuvent combler. Écrire permet de donner naissance à une création hybride où le « je » devient « nous », de déconstruire le monde inéligible, d’atteindre le statut d’ « ekstasis » (littéralement, « se tenir hors de soi ») pour échapper enfin au soi individuel.
Cette fuite de soi trouve son apogée dans
Autobiography of Red, qui permet à Carson de disparaître dans la voix des auteurs qu’elle parodie ; dans l’existence fictive de son protagoniste, qui partage avec elle de nombreuses perceptions et peut-être ses ailes métaphoriques ; dans l’effort même du langage qu’elle brise et fragmente tout à fait afin de modeler une nouvelle expression, au-delà des genres littéraires et des conventions poétiques et grammaticales. Il s’agit de montrer la sensation par les mots. À travers l’usage constant de la voix passive, la dissolution de la ponctuation, la création d’une prose brisée, la constante migration syntaxique, et jusqu’à la conclusion lapidaire d’une confession abrupte, Carson produit un langage qui dévoile ses manques et reste à la recherche d’une forme qu’elle ne trouvera pas. Elle déclare « exploser la forme. C’est ce dont j’ai besoin, de temps en temps. Je ne sais pas si je pourrais trouver la forme que je désire. Je ne crois pas qu’elle existe. » (Carson 2001 : 221).
Dans le cadre du séminaire Écriture-Stigmate : esthétiques de la déviance, je me propose donc de présenter la stylistique du manque dans
Autobiography of Red, douleur figurée dans les ailes rouges de Geryon et exprimée dans l’écriture d’Anne Carson. Pour ce faire, je diviserais ma présentation en trois axes, chacun illustré d’exemples poétiques et d’une analyse herméneutique et stylistique :
> L’acte poétique chez Anne Carson, ou échapper au soi
> Le décentrement et l’éclatement de l’écriture dans Autobiography of Red
> Stigmatiser le manque : tenter l’assouvissement par la création