Cicatrice ou l’entre-deux de la blessure chez Hélène Cixous dans les œuvres Dedans et Le jour où je n’étais pas là.

Amélie SARNIGUET

On définit d’ordinaire la cicatrice comme la marque laissée par une blessure après une guérison. Balafre, stigmate, elle signale une entame corporelle et ravive un souvenir de chair. Point de rupture, de couture et de suture, la cicatrice inscrit l’arrêt et dessine le pli et surfilage d’une brisure. Elle fait état d’une faille et rappelle à la mémoire l’histoire d’un heurt. Lisière d’un dedans et d’un dehors, nœud placé à la jonction de deux positions qui semblent s’exclure, elle recouvre un manque qui vient traduire une effraction du corps. De fait, parce qu’elle signe le raccordement du passé et du présent, la cicatrice date un évènement. Elle est une parole devenue corps.

Nous le savons, la blessure ou déchirure est un motif d’expression privilégié chez certains écrivains puisqu’il donne à lire l’identité à l’œuvre au sein d’une écriture. En effet, la blessure raconte l’histoire d’un moi devant lequel le langage s’écarte, se troue, se perce. Trou de mémoire, trou de silence, trou noir. La cicatrice recouvre l’ombre d’un vide qui taraude, transperce, perfore. Que s’est-il donc passé ? Le langage est parti. Il est désormais troué. Le sujet est comme traumatisé. A la manière de Lacan, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un troumatisme1, un trou dans le réel face auquel les mots demeurent impuissants.

Il y a plusieurs blessures à l’origine de l’œuvre d’Hélène Cixous. Ecrivaine française, née en 1937, elle est la fille d’Ève Klein, mère juive native d’Osnabrück en Allemagne, sage-femme, et de Georges Cixous, père juif, né à Oran, médecin, interdit d’exercer par le régime de Vichy et qui viendra s’installer à Alger. Nous proposerons dans cette intervention d’évoquer la blessure inaugurale et fondatrice, celle de la disparition du père, à l’origine des commencements de l’écriture notamment à travers la première fiction Dedans publiée en 1969. A cette première épreuve, viendra se redoubler des années plus tard, le récit de la mort d’un fils : « le niais », portant lui aussi le nom du père, rappelé dans l’œuvre parue en 2000, Le jour où je n’étais pas là. Dès lors, les destins semblent s’entremêler et les abandons se succéder comme si la blessure devenait territoire de la répétition. « Demi-tour […] La vie pivote. Première leçon. […]Erreur. La route gouffre. Coupure. Le gouffre s’ouvre. Demi-tour.2»

L’analyse des dérivés s’impose : Demi-tour, contour, pourtour, détour, retour. Pour Hélène Cixous, il convient de « ne pas oublier [et de] se revenir3». S’inscrivant dans l’axe d’étude de l’écriture-stigmate, notre travail se propose d’envisager l’écriture Cixousienne comme un

processus de reprisage et de réparation. Devant l’enfouissement de la blessure, face à l’écueil du deuil et la difficulté à identifier les contours de la perte, nous verrons comment l’écriture s’inflige de nouveau sa propre plaie et explore la blessure nichée. Comment celle-ci parvient- elle à ressaisir et clôturer les taillades invisibles de la douleur ? Si le corps se souvient de cet autre temps, de cet outre-temps, comment le présent de l’écriture s’efforce-t- il de raccorder et de panser le passé ? A la manière d’un tissu cicatriciel qui vient recouvrir la peau, nous examinerons l’écriture comme marque d’une écriture-stigmate.

1 LACAN Jacques, Le Séminaire Les non-dupes errent, séance du 19 février 1974.

2 CIXOUS Hélène, Le jour où je n’étais pas là. Paris : Galilée, 2000. 110 p.

3 CIXOUS Hélène, Le jour où je n’étais pas là. Paris : Galilée, 2000. 110 p.