Du style aux stigmates : à propos du partage des maladies, des hérésies et des croyances dans la littérature européenne (1920-1950. Artaud, Benn, Céline, Döblin, Weil)

Yves SCHULZE

La Grande Guerre a sonné le glas d’un monde où le corps social et la république des lettres semblaient tendre vers une organisation politique sûre et forte de ses fondements scientifiques, religieux et esthétiques. La lutte pour la prise du pouvoir par des mouvements aux méthodes révolutionnaires ainsi que le déchaînement des avant-gardes contre l’art et ses institutions tracent l’horizon d’un renouveau possible et d’un inédit partage du sensible (Rancière, 2000). Dès lors, le style ne se laisse plus aussi aisément concevoir comme l’émanation prestigieuse d’une individualité pure (Flaubert, Mallarmé, Gide), ou comme le creuset d’une communauté disparate à canaliser dans des œuvres-fleuves de la conciliation (Jules Romains, Roger Martin du Gard). Anticipant l’avènement d’un renversement inouï des valeurs, les écrivains de l’entre-deux-guerres plongent corps et âme dans les troubles politiques de leur temps, régis par les pôles des soi-disant sains et des stigmatisés. Ces derniers sont alors destinés à prendre leur revanche, mais qui sont-ils et comment les reconnaître ? Tantôt clerc avoué des hommes d’action (Julien Benda, 1927), tantôt clerc à son corps défendant, l’écrivain se stigmatise lui-même pour tracer le domaine distinct des stigmatisés élus contre les oppresseurs ou les conspirateurs. Nous postulons que l’écriture-stigmate consiste alors notamment en une posture (Meizoz, 2007) mystique, prophétique voire messianique qui exalte la maladie, la déviance et l’hérésie dans la perspective d’une rédemption dont il faut analyser les enjeux aussi complexes qu’ambivalents. Nous tenterons de les mettrons en lumière dans une perspective européenne qui se focalisera sur la France et l’Allemagne à travers les œuvres d’Artaud, Céline, Benn, Döblin et les écrits de Simone Weil. Portant la représentation du corps souffrant à un paroxysme, le poète-médecin Benn sacre le stigmate comme seuil vers la poésie. Céline construit un univers littéraire pathétique autour des stigmatisés de la société, mais vitupère contre les Juifs et les communistes, tout en se complaisant dans un rôle de bouc émissaire. L’univers romanesque de Döblin est similaire à celui de Céline, mais l’arrivée au pouvoir des nazis en 1933 conduit cet écrivain juif et communiste à l’exil, où il se convertit au catholicisme. Enfin, Artaud et Weil cèlent leurs origines juives dans des réflexions gnostiques, qui, loin de se cantonner au seul domaine théorique, cherchent à comprendre et à incarner au plus près le sens de la souffrance. L’écriture-stigmate se lit ainsi comme la traduction d’un corps social pris de convulsions, déchiré par des cortèges dont les hérésies saccagent le « jardin de la beauté » (Rimbaud, « Conte ») qu’est l’Europe. A l’issue de sa destruction, les stigmates demeurent ; quelle conscience et quel deuil imposent-ils aux survivants et aux écrivains ?