La poésie tombeau de Jacques Roubaud : l’écriture-stigmate au-delà de la mort.

Elodie GONTIER

Dans l’œuvre de Jacques Roubaud, Quelque chose noir, occupe une place unique. Alors que le poète a déjà composé des recueils poétiques qui affirment sa double appartenance à l’Oulipo et aux mathématiques, sa vie d’homme est marquée à la fois par un bonheur intense et une tragédie personnelle. Rencontrée en 1979 et épousée l’année suivante, Alix Cléo Roubaud meurt précocement le 28 Janvier 1983. Après trente mois de silence, Roubaud revient à l’écriture et, Quelque chose noir fait alors date à double titre dans sa carrière : l’œuvre est unique en son genre car elle est entièrement consacrée à la douleur de la disparition. Cette écriture-stigmate dévoile alors un processus de création autour de la perte de l’être aimée. Ainsi, selon Véronique Montémont, dans Jacques Roubaud : L’amour du nombre révèle que le poète est « allé au plus noir du désespoir, a réanimé les souvenirs les plus cruels, les plus troublants, laissant de côté la pudeur comme l’artifice ». Elle souligne par là le caractère spécifique du recueil entièrement consacré à l’expression de la douleur et du deuil, à l’évocation des images les plus dures associées à la mort, à l’utilisation de la souffrance comme matrice de la vie poétique. Pour parvenir à ce résultat, Roubaud a refusé le langage de l’élégie, « en rompant toutes les attaches de la tradition », a discrédité le pathétique « en bannissant l’expression du sentiment domestiqué » – refusant ainsi la dimension consolatrice de la poésie. Paradoxalement, c’est en choisissant le verbe du dépouillement que Roubaud confère à l’œuvre sa densité : « en n’offrant qu’une semi-prose condensée, froide, arrachée mot par mot au silence […] il fait éclater un lyrisme puissant qui résonne » plus fort que toute autre poésie. Ainsi parvient-il à dire l’indicible avec une âpreté particulière par laquelle le tombeau sera érigé de manière plus implacable.

Le destin même de Quelque chose noir, voulu par son auteur, donné à publication, circonscrit le désir de mort pour permettre au poète de continuer sa quête. Dans cette communication, nous nous attacherons à étudier comment l’écriture-stigmate de Jacques Roubaud porte en elle les marques de la douleur, sans pour autant sombrer dans le lyrisme.

Dans cette perspective, la poésie roubaldienne décline le choc sans cesse renaissant de la confrontation à la mort et de la douleur de la remémoration du passé, en choisissant une poésie du silence plus que du dire. Nous verrons alors qu’elle privilégie une prosodie qui s’efface, au profit du vers « libéré », manifestant sa volonté de désarticuler les rythmes connus.