Le corps grotesque dans l’oeuvre de Félicien Champsaur.

Leslie COLLET-VIGNERON

L’oeuvre de Félicien Champsaur nous transporte à une époque qui connaît un essor considérable de l’image. Il est en effet contemporain du développement de nouveaux arts (photographie, cinéma, peinture impressionniste) et moyens de communication (journaux, affiches publicitaires). Notre auteur est par conséquent plongé au coeur d’une réflexion sur la représentation liée à un nouveau rapport au réel qui casse avec la traditionnelle Mimesis: le développement des images, tentant de saisir le réel dans la multiplicité de ses aspects, vient remettre en question l’unité du monde et du sujet. L’iconicité envahit la littérature et concurrence l’écriture, qui doit désormais inclure ce nouveau langage. Le corps, à l’image du monde, éclate en ses innombrables fragments saisis fugitivement dans l’instant, et entraîne une crise du sujet et de la représentation, corroborée par l’émergence récente de la psychanalyse. La découverte de l’altérité invite à interroger les marges de l’univers sensible et le corps devient support d’une réflexion ontologique et esthétique, corps à entendre, chez Champsaur, comme enveloppe charnelle mais aussi graphie du texte dans sa matérialité.

L’intégralité de l’oeuvre de Félicien Champsaur est émaillée de corps déviants portant les stigmates de leur marginalité. Physiquement, les corps sont disloqués, malades, souffrant de traces profondes, voire monstrueux, hybrides. Dans une acception géographique et sociale, l’auteur du célèbre Lulu roman clownesque nous présente des artistes itinérants comme figures marginales de corps exilés par la société. Au sens moral, certains personnages sont frappés de stigmates signifiants, masques, costumes, silence parfois, symboles d’une mélancolie profonde et de la souffrance d’un siècle. Tous ces stigmates affectent matériellement l’écriture et donnent à voir des corps grotesques.

Émergent au XVe siècle, le grotesque désigne des peintures murales, arabesques extravagantes, figures caricaturales découvertes au XVe siècle sur la villa dorée de Néron. Elles font penser aux ornements des grottes préhistoriques qui convoquaient harmonieusement les contraires, l’humain et l’animal- ou le végétal- lors des cérémonies magiques des chasseurs déguisés en bison. Il existe ainsi un lien originel qui unit le grotesque à l’image, donc à l’espace et au corps, un lien avec le réel qui consiste à le déformer. Par la suite la tradition humaniste met en avant le concept de laideur (contrepoint du beau idéal et du sublime, artistiquement placés au centre). Lieu des marges monstrueuses et burlesques, caricaturales, héritier du carnavalesque, il devient le lieu flou de la rencontre de l’hétérogène (difforme, monstreux, extravagant), perdant par conséquent son unité primitive.

Si Champsaur s’écarte quelque peu de la conception baudelairienne du grotesque, « comique absolu », pur plaisir lié au corps qui naît de la rencontre avec l’étrange, création échappant à tout réalisme, donc à tout mimétisme, et dépourvu d’intention morale, il se rapproche néanmoins de celle de Hugo. Pour ce dernier, le grotesque s’avère lié au réel, complémentaire du sublime dans la nature. Il est ce qui réunit divers aspects d’une réalité multiforme. Véritable Beau moderne, il devient manifestation physilogique absolue et en même temps signifiant.

Champsaur retient de ces deux conceptions l’idée d’imagination créatrice, montrant que les enjeux du grotesque se sont déplacés vers l’intériorité de l’individu. À son époque la psychologie et l’inconscient se sont substitués à la métaphysique. L’imagination créatrice (subjectivité esthétique active) s’avère assez proche de la fantaisie (faculté imaginative, pouvoir d’invention d’un artiste, d’un écrivain) et illustre la liberté de composition, l’affranchissement des règles. Ainsi le grotesque interroge-t-il les limites du représentable (psyché, merveilleux, fantastique), entre déformation du réel et fiction.

Champsaur veut aussi montrer que l’ambivalence constitutive du corps grotesque confronte à l’irreprésentable et au rire comme pur plaisir immédiat mais aussi manifestation terrible, stigmate d’une mélancolie qui frappe le siècle. Phénomène physiologique, le rire émerge dans la littérature dès lors que l’homme met de côté sa dimension spirituelle, détourne ses yeux d’un au-delà religieux pour libérer sa dimension charnelle ici-bas. Redécouverte du monde sensible, il est l’occasion d’une rencontre avec le dissemblable. Il est une ambivalence qui interroge le rapport du rire au réel, jeu des différences avec la réalité, dans un rapport mimétique (parodie/caricature) ou imaginatif (liberté créatrice). Le grotesque interroge, par le rire, l’acceptation du monstrueux, du difforme, dans la nature. Le XIXe va dépasser la conception carnavalesque du grotesque (déformation, hybridation comique, parodie) et, en se centrant sur l’intériorité de l’individu, le rire va désormais inclure la peur, face sombre de la psyché, elle-même liée à l’imagination et à la fantaisie. Rire absolu ou rire grinçant, parfois cathartique, le grotesque appelle à la théâtralisation, qu’il s’agisse de représenter le grand théâtre du monde ou le petit théâtre de l’âme.

Ainsi, parce qu’il est la manifestation de la laideur, de l’hétérogène, de l’empreinte risible sur la beauté sublime du monde, le grotesque exprime la mélancolie, le mal qui touche le siècle de Champsaur, se manifestant dans toute sa force risible ou terrible, comique ou tragique. Il s’agit donc de montrer dans cette étude dans quelle mesure l’apparition des corps grotesques, par la mise en tension qu’elle implique, fait naître le rire moderne, instable, tout en participant d’une réfléxion sur la société. Cependant, le grotesque apparaît aussi chez Champsaur comme une force esthétique incroyable pour réinventer le monde. Parce qu’il est un processus dynamique, il est un réenchantement. Le spectacle des corps grotesques serait une force de rénovation esthétique ouvrant la littérature sur d’autres possibles. Dans cette mise en tension, Champsaur tendrait sans doute plus à exprimer une présence au monde qu’une représentation des corps, où la recherche maîtrisée du déséquilibre dans une relative harmonie pourrait conférer une unité au rire grotesque.

Il conviendra dans un premier temps de présenter le corps stigmatisé comme révélateur d’une crise du sujet et de la représentation, faisant émerger le rire moderne, reflet d’une mélancolie profonde. Puis il sera intéressant de s’attarder sur la poétique du corps grotesque imaginée par Félicien Champsaur. En effet, le corps stigmatisé devient sous la plume de l’auteur le lieu de tous les possibles et l’occasion formidable de réenchanter le monde.