Le « hideux sourire » de Musset et Baudelaire : l’ironie, un stigmate de la déviance.

Laëtitia BERTRAND

Musset et Baudelaire sont à l’origine de deux allégories, devenues emblématiques, de la marginalité sociale du poète au dix-neuvième siècle : celle du pélican et celle de l’albatros. Toutes deux s’inscrivent dans la tradition littéraire – déjà bien instituée – de l’artiste incompris. Mais justement parce que cet ethos est à la mode chez leurs contemporains, Musset et Baudelaire ne se contentent pas d’affirmer leur rejet du monde bourgeois ; ils revendiquent aussi, avec une certaine insolence, leur indépendance à l’égard des normes artistiques. Marginaux parmi les marginaux, ils refusent l’adhésion à une école poétique, et détournent les codes de celles qui se veulent exemplaires. Leur réputation de « déviants » s’en trouve alors redoublée.

L’originalité poétique de Baudelaire n’est plus à démontrer : le procès des Fleurs du mal, en 1857, témoigne à lui seul du scandale que son œuvre, trop moderne, a provoqué parmi ses contemporains. Musset n’est pas si différent de son cadet, en dépit des jugements sévères de celui-ci à son égard. En effet, en 1830, l’enfant terrible du romantisme se montre déjà d’une impertinence très baudelairienne : dès son premier recueil, Les Contes d’Espagne et d’Italie, il caricature la poésie de son temps et proclame son autonomie vis-à-vis du Cénacle hugolien. Son art de la satire est toujours vivace dans ses écrits de la maturité, comme le prouve son Histoire d’un merle blanc, qui dégrade le pélican de sa jeunesse en petit oiseau arriviste. Si Baudelaire veut soulager sa colère « par des livres épouvantables1 », comme il l’écrit à sa mère en décembre 1865, Musset la cache dans son œuvre derrière une fantaisie moqueuse, un sourire cynique ou des larmes amères.

En ayant recours à des procédés de distanciation, et en particulier à l’ironie, les deux poètes dénoncent les écueils des mouvements artistiques qui les entourent, mais laissent aussi entendre leur désillusion grandissante sur les pouvoirs de la poésie. Si le sourire douloureux de Gwynplaine clame la grandeur de l’écrivain, le rire grinçant de Lorenzo ou du narrateur d’ « Assommons les pauvres ! » n’est que le signe du vice, de la folie et de la cruauté du poète. Comme le dit Georges Blin dans son Baudelaire, le poète des Fleurs du mal « n’est pas très désireux, dans le fond, d’apaisement, de santé, de cicatrisation2 ». La même remarque pourrait s’appliquer à Musset. Pour les deux poètes, la cicatrice témoigne d’une douleur passée ; il lui faut préférer le stigmate, toujours sanglant, pour entretenir une parole qui est menacée d’extinction. Le temps de la poésie victorieuse, faite pour racheter le genre humain et parler au nom du peuple, est révolu. Dans ce nouveau monde industriel, le lyrisme romantique est mort. Seul le recul ironique permet au poète de protéger son intégrité artistique, là où la pureté ne peut que devenir décadence. Le rictus est le nouveau stigmate du poète : il dit sa malédiction.

Il s’agira donc d’étudier la marque de la déviance chez Musset et Baudelaire à travers non pas leur esthétique romantique « traditionnelle », qui, avec le pélican ou l’albatros, dit la stigmatisation sociale du poète, mais plutôt au regard de leur ironie, qui exprime leur recul critique comme leur inquiétude au sujet de la poésie. Le bouffon, le saltimbanque, l’étranger, la petite vieille sont autant d’allégories soulignant la distance qu’établit le poète avec son je, distance garante de son autodérision et donc de son indépendance d’esprit. Le discours de ces dandys est toujours ambivalent, à mi-chemin entre lyrisme et cynisme : parodie et satire côtoient pathétique et dramatique. L’ironie permet de maintenir solidaires ces deux faces d’une même pièce. Afin de mieux traduire leur spleen, Musset et Baudelaire grimacent un rire jaune, stigmate d’une douleur non feinte à se voir dévier d’un Idéal poétique impossible, et premier signe de la crise du lyrisme qui annonce la modernité.

1C. Baudelaire, “Lettre du 23/12/1865 à Madame Aupick”, dans Correspondance, C. Pichois (éd.), Paris, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1993, vol. II/II, p. 553.

2G. Blin, Baudelaire, Paris, Gallimard, 1939, p. 50-51, cité dans C. Baudelaire, Fusées. Mon cœur mis à nu. La Belgique déshabillée, A. Guyaux (éd.), Paris, Gallimard, 1986, p. 21.