Poétique de la corporéité déviante dans l’œuvre narrative de Goliarda Sapienza

Mara CAPRARO

Le corps constitue un pivot herméneutique fondamental dans l’œuvre narrative de l’écrivaine italienne contemporaine Goliarda Sapienza (1924-1996). Dans son carnet des années ‘90, Sapienza condensera en effet le sens même de sa démarche artistique en définissant son œuvre omnia comme une “autobiographie des contradictions”, où la contradiction constitue le résultat de l’impossibilité de délimiter l’entièreté et la linéarité du réel et, par conséquent, la volonté d’en saisir sa nature purement phénoménologique. Ce principe de la contradiction – qui place ainsi le corps dans une position centrale et totalisante au sein du processus esthétique – possède une valeur essentielle de désarticulation et de déconstruction de toute “cohérence”, soit de toute forme de fixation et d’abstraction normalisatrice qui risquerait de cristalliser le caractère multiple et changeant de tout être humain. Dans cette perspective, le traitement du corps déviant – à savoir d’un corps qui s’échappe à un standard biologique, psychique et moral culturellement donné – se pose en tant que réflexion emblématique sur la manière dont les corps de certains personnages sapienziens, étant des corps “contradictoires” par excellence, parviennent à dépasser le système social normatif et, de manière plus générale, le réel.

En me fondant sur trois cas d’étude tirés de l’œuvre romanesque de Goliarda Sapienza (le dysfonctionnement physique dans L’Arte della gioia, la folie dans Il filo di mezzogiorno et, enfin, ce que Goffman définit “les déviants sociaux”, soit les détenues de la prison dans L’Università di Rebibbia), je voudrais mener un double questionnement sur le statut épistémologique de la corporéité déviante dans la poétique sapienzienne. D’abord, je voudrais sonder les modalités et les implications du processus de stigmatisation sociale de ces corps, à savoir la manière dont la déviation corporelle se définit et se construit de manière contrastive par rapport à une norme. Dans ce cas spécifique, je me focaliserai particulièrement sur l’importance de l’emplacement spatio-temporel et sur la dimension mimo-kinésique et proxémique de ces personnages, afin de montrer comment Sapienza, en s’opposant à l’idée figée d’une déviation conçue comme “altérité radicale”, redonne un statut et une dignité humaine au corps déviant à travers une révision de la notion de différence. Alors que, dans un deuxième temps, je voudrais examiner la manière dont le corps déviant devient porteur d’une instance déformante et déstabilisatrice qui se transmue en une dispersion du sens et en un débordement dans un ailleurs mythique, où l’exacerbation du caractère monstrueux de la corporéité renvoie à un imaginaire archétypale de l’humanité. En partant donc de l’analyse d’une symbolique gestuelle “liminale”, selon l’expression de l’anthropologue Helmuth Plessner, je me focaliserai ainsi particulièrement sur les deux modèles archétypaux du pré-normatif qui émergent dans l’œuvre de l’écrivaine: le mythe de l’age d’or – correspondant, pour Sapienza, à l’enfance – et le mythe du chaos. A travers ce parcours, je montrerai ainsi comment le traitement du corps déviant, dans l’œuvre de Sapienza, se fonde essentiellement sur une mise en valeur d’une déviation “authentique”, d’une déviation qui ne soit pas figé et codifié socialement, mais le prétexte et le déclencheur d’une véritable réappropriation d’un état instinctuel et primitif du corps.