Poétique de la déviance dans le théâtre de Beckett : entre tragique et comique.

Marjorie COLIN

Le théâtre de Beckett met en scène des corps malades, disloqués, handicapés. Les personnages sont souvent soumis à la reptation, à l’enfouissement ou à l’enfermement. Au-delà du corps en faillite, le verbe est lui aussi touché par cette déviance : bégaiement, mutisme, atermoiements et autres troubles du langage sont marqués dans le texte beckettien par les coupures syntaxiques, les interruptions discursives, les nombreuses aposiopèses. Tout semble échouer à dire, à faire et pourtant tout continue.
La déviance peut donc constituer tout d’abord un marqueur tragique dans le sens où le personnage semble condamné à rater tout ce qu’il entreprend, tant au niveau des tentatives d’élaboration de son discours (le rendu d’une cohérence sémantique) que des essais gestuels (l’accomplissement d’une action, fut-elle banale). En effet, dans En attendant Godot par exemple, Estragon essaie tout au long de la pièce de se déchausser. Ses efforts démesurés traduisent son acharnement et l’inutilité de son obsession à vouloir lutter contre ce qui lui échappe. Véritables Sisyphe modernes, Hamm et Clov de Fin de partie, Winnie d’Oh les beaux jours, Lucky de Godot sont l’expression d’une esthétique de l’incarcération où l’échec semble au cœur de la dramaturgie, la déviance en étant le principal levier.
Mais ces stigmates qui marginalisent les personnages peuvent aussi traduire cet « increvable désir » dont parle Alain Badiou, la ténacité, des efforts que rien ne semble pouvoir décourager. Ces corps empêchés ne privent pas les personnages de leur lutte obstinée contre l’engloutissement.
Ainsi, les troubles de la marche ou le déraillement du langage dont sont affublés de nombreux personnages peuvent-ils d’une certaine manière apparaître comme profondément comiques. On assiste alors à la conversion du pire en rire où cette déviance peut apparaître comme une manifestation du sublime. Le tragique de la fatalité s’évapore par l’entremise comique du geste ou du langage. Véritables clowns, les manipulations hasardeuses, les chutes, les essais de discours qui témoignent de cette déviance aussi bien physique que psychique assurent la portée comique des pièces et garantit ainsi la joie, l’amor fati dont parle Nietzsche dans Le Crépuscule des idoles, cette approbation totale du destin. Les personnages peuvent donc figurer des Sisyphe heureux. On peut alors en conclure que la déviance, dans le théâtre de Beckett, est profondément ambivalente, entre tragique et comique, entre grotesque et sublime.