Quand le cri fait corps : surmonter l’épreuve de l’écriture chez Cioran.

Lauralie CHATELET

Penser la pratique d’écriture comme stigmate chez Cioran est une interprétation dont l’auteur lui-même a donné la clé à plusieurs reprises. En effet, l’écriture intervient au plus fort du mal-être, alors qu’il faut évacuer un trop plein de souffrance et ainsi la mettre à distance à travers une catharsis salutaire car « tout livre est un suicide différé »(Cioran, De l’inconvénient d’être né). L’écriture, à travers l’œuvre publiée, devient alors la mémoire de cette souffrance à l’image des marques dans la chair des stigmatisé.es.

Bien qu’elle en permette à terme une sortie, l’écriture participe de l’épreuve de souffrance. En effet, l’œuvre de Cioran est marquée par une dynamique double, tendue entre explosion et implosion : d’une part, la prolifération du moi, des obsessions, et donc des fragments ; d’autre part, la corrosion, la sape de toute certitude, l’impossibilité de figer la moindre pensée et donc l’épuisement progressif de la parole. De cette tension, nait une écriture en souffrance cherchant à rendre compte d’une expérience existentielle à travers non seulement sa force narratrice (qui à l’heure de l’absurde se révèle déceptive) mais aussi et surtout à travers sa forme qui trouve son modèle dans le gémissement, le cri, voire le hurlement. Il faut alors que le texte exprime cette rupture sémantique et la forme fragmentaire, parce qu’elle permet les répétitions, les contradictions et l’absence de linéarité, en rend parfaitement compte. D’un langage rationnel, qui chercherait à expliquer le rôle de la souffrance dans la construction de soi, l’auteur opère un saut qualitatif dans l’absurde où l’écriture n’explique plus mais représente la souffrance. Le cri se fait entendre tant dans le choix de ponctuation, qu’à travers les mots et leurs répétitions.

Le caractère tronqué des phrases et la reconduction du fragment au fil des œuvres font de l’écriture une forme stigmate, mémoire figée d’une souffrance. Mais dans un retournement paradoxal elle marque aussi le plaisir de l’écrivain travaillant à trouver la forme rendant parfaitement compte d’une expérience. L’écriture et le travail du style deviennent alors le seul moyen pour traduire l’être, actant la relation privilégiée de l’auteur à l’existence.

Je propose d’étudier la formation d’une pratique existentielle de l’écriture : à travers elle Cioran conduit une entreprise de reconquête du monde hors du sens, dans une forme de jouissance paradoxale où la tension entre extérieur et intérieur (explosion-implosion) conduit à un jeu entre cri et silence où le langage rationnel perd du terrain à chaque fragment pour laisser place à une recomposition de l’être.