Tristan Corbière, « poète maudit » : quand la malédiction nomme la douleur

Fanny REGUER

Lorsqu’en 1884, Paul Verlaine écrit la première version de son essai Les poètes maudits : T- Corbière, A-Rimbaud, S-Mallarmé – venant par ce dernier consacrer l’expression – il ouvre son propos par la présentation d’un poète encore souvent méconnu aujourd’hui : Tristan Corbière.

Le poète Tristan Corbière (1845 – 1875) publia à compte d’auteur un unique recueil, paru en 1873 : Les Amours jaunes. Mort au seuil de ses trente ans, succombant à une maladie qui lui rongeait les os depuis l’adolescence, il est aujourd’hui souvent réduit au rang de poète

régional, lui qui pourtant écrivit une poésie du monde entier, parisienne ou ironiquement signée de contrées exotiques. Auteur d’une poésie profondément novatrice, disparu dans la misère et la confidentialité, c’est de manière posthume qu’il fut élevée à la figure du « Poète Maudit » par Verlaine. L’expression tombée dans les usages courants, se fait aujourd’hui condensatrice d’une image au-delà d’un genre – celle de l’artiste incompris, à la vie dissolue, dont seule la mort viendrait libérer le talent aux yeux de la postérité. Verlaine l’introduisit à l’époque dans la visée de faire entendre la voix de ses amis poètes qu’il déplorait être rejetés par « le vulgaire des lecteurs d’élites » (Verlaine, 1888, p. 1). « Poète maudit » se fait l’écho d’une « haine » de ce lecteur bien pensant, « rude phalange qui nous  le rend bien » (Ibid.). C’est donc en réponse à une certaine douleur, douleur d’une non-reconnaissance que Verlaine construit cette expression en une tentative d’élever à l’esthétique le rejet social de ces artistes. Chez Corbière pourtant, ce rejet peut se penser comme résultat de ce que sa poésie vient « attaquer ». En effet, tant dans sa forme que dans ses thèmes, Corbière met en acte une ironie créatrice autant que destructrice. Destructrice des canons littéraires, cette ironie le déclasse de la poésie de l’époque où il vient s’inscrire.

Ainsi que le souligne Henri Thomas : « c’est à peu près toute la poésie que Corbière récuse,  la “meilleure” et la “pire“, comme une seule imposture, et sous cette fiction du jeune qui s’en va [titre d’un poème de Corbière], c’est lui-même qui se retire du jeu » (Thomas,1972, p.18). Au-delà d’une époque d’ailleurs, Corbière se fait maudit dans l’acte même de la création, récusant le fait social que produirait l’Art et en cela se marginalisant par rapport à lui : « Je ne connais pas l’Art — l’Art ne me connaît pas » (Corbière, 1873, 1973, p. 22). Mais, à lire Corbière, nous pouvons poser l’hypothèse que le « Maudit » vient se faire aussi le nom d’une douleur bien plus interne à l’écriture. Douleur à la fois traitée, marquée par la poésie : celle de ce corps malade, souffrant, qui par l’écriture s’ironise. Son nom d’auteur en est la trace la plus saillante : lui qui était né Edouard-Joachim Corbière se choisit un prénom d’auteur, à la fois pour se différencier de son père lui-même écrivain, mais qui fait résonner particulièrement sa douleur au passage, en ce trait d’esprit « Triste en corps de bière ». Mais douleur, également produite, par l’écriture : Corbière clôt, en effet, son recueil en un poème profondément ironique envers sa propre création reléguée à être ce « honteux  monstre de livre » (Corbière,1873, 1973, p. 205). Ce rapport de l’artiste à sa propre production, reste honteux faisant suite à l’acte créateur, vient alors nous éclairer sur ce qui assigne le poète au rang de Maudit dans un mouvement à la fois interne et externe à l’œuvre. En effet, la poésie corbérienne se fait stigmate à la fois de ce qu’il récuse, les canons littéraires, et de ce qui fait reste douloureux dans le fait même d’écrire. Dès lors, nous pouvons poser l’hypothèse que « Poète Maudit » serait le nom, l’épinglage de ce stigmate, de cette marque douloureuse que fut l’écriture pour lui.